Africa 1, un câble sous-marin au service du continent

Le nouveau câble en fibre optique verra le jour à la fin de 2018 et sera la plus grande des infrastructures servant les pays donnant sur l’Océan Indien. Un projet parfaitement intégré au réseau existant, permettant de connecter encore davantage l’Afrique au reste du monde.

Les qualités d’Africa 1

Il s’appellera Africa 1 justement en raison de sa conception favorisant l’augmentation accrue du niveau de connectivité du continent ayant le plus haut potentiel de développement dans le domaine des télécommunications. Il s’agit d’un nouveau câble sous-marin en fibre optique, qui réunira cinq grandes compagnies de télécommunications internationales pour sa conception : MTN, Telkom, Saudi Telecom Company, Telecom Egypt et PCCW Global. Le projet prévoit une infrastructure de plus de 13 000 km de long, pouvant atteindre 13 points points de chute dans 13 pays, tous situés entre l’Afrique et l’Asie méridionale. Africa 1 aura une structure ramifiée. Au Nord-Ouest il s’étendra à l’intérieur du canal de Suez jusqu’en Égypte ; au Sud il parcourra toute la côte orientale de l’Afrique jusqu’en Afrique du Sud, avec une déviation vers l’Île Maurice ; à l’Est il touchera les Émirats Arabes Unis, le Pakistan et l’Inde. Le tout se croisant parfaitement avec les câbles existants. Africa 1 sera composé de trois paires de fibres optiques équipées de la technologie 100G, ce qui fera de lui le câble le plus grand et puissant de la région.

La vision de l’Afrique du Sud

Le projet a été accueilli particulièrement favorablement par le gouvernement sud-africain, qui le considère comme un pivot clé, tant en termes d’amélioration de la connectivité interne, que de la connexion entre le pays et le reste du monde. À ce jour, l’Afrique du Sud est parmi les pays les plus connectés du continent, mais la route de l’Internet pour tous est encore longue, et elle nécessite d’importants investissements pour être achevée.