Alphabétisation numérique, l’Éthiopie compte sur Microsoft

Microsoft et le ministère de l’éducation éthiopien ont signé un accord pour l’alphabétisation numérique des jeunes. L’initiative entend améliorer la présence des technologies TIC dans le système scolaire de ce pays d’Afrique, en aidant les jeunes gens à acquérir des compétences applicables également dans le monde du travail.

Alphabétisation numérique

Cet accord s’appelle « Education Transformation Agreement » et a été signé entre Microsoft et le Ministère de l’éducation éthiopien. Un projet à long terme qui cible la transformation du mode de présence des compétences liées aux TIC au sein du système d’éducation éthiopien. Le géant de l’informatique américain mettra à disposition des outils technologiques et son vaste savoir-faire dans le secteur, dans le but d’améliorer l’alphabétisation numérique des jeunes.

Le projet s’inscrit dans un vaste programme de responsabilité sociale auquel Microsoft a choisi de participer dans le domaine de la formation, pour différents pays africains, comme le Rwanda, le Kenya, l’Ouganda, le Ghana, le Botswana et la Namibie. Les objectifs de la formation sont au nombre de 4 :

  • Promouvoir l’inclusion du numérique
  • Stimuler la créativité et l’innovation
  • Développer les compétences stratégiques du nouveau millénaire
  • Améliorer les compétences des enseignants

L’impact social

Outre la valeur éducative, l’Education transformation Agreement, a choisi précisément d’aborder sur le long terme le thème du chômage chez les jeunes. En effet, chaque année, environ 10 à 12 millions de jeunes gens africains sont confrontés au monde du travail. Un grand nombre d’entre eux ne possède pas les compétences suffisantes en matière de technologies et se ferment l’accès à de nombreuses possibilités d’emploi. On estime que dans 54 % des cas, les compétences des candidats ne correspondent pas aux demandes des entreprises.

Alors, intervenir sur l’alphabétisation numérique, signifie donner à des millions d’africains un outil de croissance professionnelle et donc économique.

Le Ministre éthiopien des Études supérieures, Kaba Urgessa, a souligné également cet aspect des choses en affirmant : « Notre compétitivité économique dépend de la façon dont les écoles et les universités utilisent les TIC pour préparer les étudiants aux postes de travail modernes ».