En Amérique Latine la demande et l’offre en haut débit augmentent

Alcatel Lucent annonce un projet d’élargissement du réseau, dans les câbles sous-marins qui traversent l’océan Pacifique au large de l’Amérique du Sud. Ce projet s’efforce de répondre à la demande croissante de connexions rapides sur le continent. Le marché sud-américain de la bande large, comme le révèle une recherche effectuée par Pyramid Research, est continuellement en expansion.

Développement du réseau sous-marin

Le câble SAPL, une des artères stratégiques du réseau sous-marin de l’Océan Pacifique, sera agrandi grâce à l’intervention d’Alcatel Lucent Submarine qui a signé un accord avec Ocean Network. Le projet qui prévoit un prolongement de près de 3 000 km (sur les 14 200 actuels) permettra de rejoindre Panama et la Floride. Le nouveau câble s’appellera SAPL-CX et sera composé de six paires de 2 brins de fibre optique, chacune de 10 térabits par seconde de débit. Le prolongement a un double effet : il permettra de mieux répondre aux exigences croissantes en large bande exprimées par le continent sud-américain et en même temps, il constituera un nœud stratégique dans le réseau des connexions entre l’Amérique et l’Asie. « La mise en œuvre de SAPL-CX est importante », a déclaré Scott J. Schwertfager, PDG d’Ocean Networks, « nous avons écouté les exigences de nos clients et travaillé pour satisfaire leurs demandes ».

sapl

SAPL cable

Fibre optique à haut débit

Pyramid Research a communiqué les données d’une étude qui analyse l’évolution du marché du haut débit et de la fibre optique en Amérique Latine, en essayant aussi d’émettre des hypothèses sur les futures tendances de croissance. À ce jour, les lignes fixes à bande large sont au nombre de 163,8 millions dans tout le continent, parmi elles 5,1 millions sont en fibre optique. Pour 2020, on devrait atteindre le chiffre de 181,9 millions de lignes avec une prépondérance pour la fibre optique, mais néanmoins insuffisantes pour supplanter les lignes de technologie xDSL, qui prévaudront (environ 40 % du total). Selon cette étude, le plus grand obstacle à un véritable essor de la fibre optique réside dans les coûts du service, encore trop élevés, et dans la couverture garantie seulement dans les grandes métropoles.