Au Nigeria, les mobiles à large bande se développent

Le Nigeria assoit sa position de pays le mieux connecté d’Afrique. La Nigerian Communication Commission a rendu compte des données relatives à la diffusion d’Internet, qui révèlent comment les utilisateurs des réseaux de téléphonies mobiles sont en progression constante (+13,6 % en seulement 6 mois). Cette tendance est appelée à se renforcer, sous l’effet des investissements en services à large bande promis par le gouvernement.

Le Nigeria est « mobile »

Plus de 92 millions de Nigérians sont connectent à Internet grâce à leurs dispositifs mobiles. Ces données, publiées par la Nigerian Communication Commission portent sur la fin du premier semestre 2015 et témoignent d’une hausse de 13,6 % par rapport au début de l’année. Les rapports de force entre les trois premières compagnies téléphoniques du pays restent toutefois stables. MTN confirme sa position de leader du marché, avec 40 millions de clients, soit 1,3 million de plus qu’au semestre antérieur. Suit Airtel Nigeria, qui compte 17,5 millions d’utilisateurs (+2,6). Sur la troisième marche du podium, avec 15,2 millions de clients, Etisalat enregistre la plus forte croissance au cours de la période en question : + 5,2 millions d’utilisateurs.

Objectif 30 %

La progression des connexions de téléphonie mobile est appelée à se poursuivre : elle va de pair avec la diffusion croissante des smartphones. Les téléphones de nouvelle génération, ainsi que l’introduction du système LTE, représentent un levier que le Nigeria a décidé d’employer pour voir une croissance du taux de pénétration des services à large bande dans le pays. L’objectif en termes de connexions à haut débit est très ambitieux : le National Broadband Plan prétend atteindre une part de marché de 30 % d’ici à 2018. Un objectif que apparaît aujourd’hui hors de portée, compte tenu du fait que le taux actuel de diffusion est de 10 % (il a pratiquement doublé ces deux dernières années). Selon les experts, le défi peut toutefois être relevé, en particulier si secteur public et investisseurs privés réussissent à trouver la façon de travailler en réseau et de créer des partenariats attrayants.