Centre de traitement des données en Afrique, un enjeu pour l’avenir

La croissance du trafic des données a pour conséquence, pour les compagnies de télécommunications, de disposer d’un plus grand nombre de centres de données. Dans la ligne de mire, l’Afrique, de plus en plus souvent élue pour la localisation de nouvelles structures, étant donné la « soif de connexions » progressive qui émerge de ce continent. Un sommet sera d’ailleurs dédié à ce thème, le 8 juin à Monaco.

Les centres de traitement de données en Afrique

Ces dernières années, le secteur des télécommunications connaît une croissance exponentielle mondiale, du trafic des données, en raison du boom des Smartphones. Une augmentation qui se traduit par la nécessité de se doter d’infrastructures adéquates et avant tout de centres de données, comme le souligne le site RCR Wireless.

Le continent africain, qui selon les experts est à l’aube d’une profonde avancée technologique, représente le lieu où cette course aux données est la plus marquée. L’inconvénient étant que les centres de données sont encore limités en Afrique. Aujourd’hui, il en existe 46, dans 11 pays, recensés par le site Data Center Map. C’est l’Afrique du Sud qui détient la plus grosse part du gâteau avec au moins 19 structures. Il existe cependant quelques projets en chantier importants.

Travaux en cours

Le premier projet, cité sur le site Business Essential, est signé Teraco. Il s’agit d’un nouveau centre à Isando (Afrique du Sud). Une structure de 17 500 m² s’intégrera dans une structure qui existe déjà, en devenant le plus grand centre de données en Afrique, capable de couvrir commercialement toute l’Afrique méridionale. La fin des travaux est prévue pour décembre 2016.

Par ailleurs, toujours en Afrique du Sud, IBM travaille au premier centre de données dédié aux services de Cloud computing en collaboration avec Gijima et Vodacom. Cette structure sera localisée à Johannesbourg et élargira ultérieurement le gigantesque réseau informatique formé aujourd’hui de 46 centres de données.

Le sommet

Le rôle stratégique de l’Afrique dans la construction de nouveaux centres de données se confirme par la décision d’organiser un sommet consacré à cet argument. Il s’agit de Invest in Africa Data Center, prévu le 8 juin à Monaco. Une rencontre internationale où seront présents les plus grands experts et influençeurs du secteur.