Cyber security en Afrique

Cyber security en Afrique: les 10 premiers pays

La Cyber security en Afrique: les pays en développement manquent de spécialistes bien formés en ca matière et présentent également d’autres lacunes du point de vue d’une appréciation approfondie et de l’éducation nécessaire quant aux problèmes de cyber security pour l’application de la loi et aux défis continus au sein des branches judiciaire et législative.

Les 10 premiers pays

Voici la liste des 10 premiers pays africains les plus investis dans le développement de la cybersécurité

  • République de Maurice
    À la première place, ce pays de l’Afrique de l’Est a obtenu un score élevé dans les domaines juridique et technique. Classée au sixième rang selon le rapport mondial, l’Île Maurice a obtenu un total de 0,830.
  • Égypte
    Situé dans le nord-est de l’Afrique, ce pays a obtenu un excellent score dans le secteur technique. L’Égypte fournit un support par le biais d’une équipe réponse aux urgences informatiques (EG-CERT) à plusieurs entités du secteur des TIC. D’après le rapport, l’Égypte est classée 14e au rang mondial et deuxième sur le continent avec un score global de 0,772.
  • Rwanda
    Classé troisième en Afrique, le Rwanda enregistre un score élevé dans le domaine organisationnel et dispose d’une politique de cybersécurité autonome gérant à la fois le secteur public et le secteur privé. Pays de l’Afrique de l’Est, le Rwanda a obtenu un total de 0,602, le plaçant ainsi à la 36e place au niveau mondial.
  • Kenya
    Autre pays est-africain, le Kenya est classé quatrième dans la région. Ce pays constitue un bon exemple de coopération à travers son Centre national kenyan de coordination de l’équipe de réponses aux incidents informatiques. Le Kenya a obtenu 0,574 au total, se hissant ainsi au 45e rang mondial.
  • Nigeria
    Cinquième sur le continent, ce pays d’Afrique de l’Ouest a enregistré un total de 0,569 et s’est vu classé au 46e rang mondial. Selon le rapport, les programmes et les initiatives du Nigéria en matière de cybersécurité sont en « phase de maturation », ce qui signifie que le score GCI se situe entre le 50e et le 89e
  • Maroc
    Pays nord-africain, le Maroc est classé 49e au niveau mondial avec un score global de 0,541. Le Maroc est membre de l’initiative ITU-IMPACT et peut donc accéder aux services de cybersécurité correspondants. Ce pays dispose d’un cadre national de cybersécurité officiellement reconnu (et spécifique à chaque secteur) pour la mise en œuvre de normes de cybersécurité internationalement reconnues. Le Maroc a fondé un CIRT (maCERT) national officiellement reconnu.
  • Ouganda
    Ce pays d’Afrique de l’Est dispose d’un Centre mondial de renforcement de la cybersécurité qui a permis de faciliter une auto-évaluation de la capacité de la République d’Ouganda en matière de cybersécurité. Classé septième sur le continent, l’Ouganda affiche un score global de 0,536, se positionnant ainsi au 50e rang mondial.
  • Afrique du Sud
    Situé sur la pointe sud de l’Afrique, l’Afrique du Sud a fondé le centre national de cybersécurité pour servir de point central pour la collaboration entre l’industrie, le gouvernement et la société civile sur tous les incidents relatifs à la cybersécurité. Le centre de cybersécurité est mandaté par le Cadre national stratégique pour la cybersécurité (NCPF) qui a été adopté par le Conseil des ministres en 2012. Ce pays occupe la huitième place au niveau continental et la 58e au niveau mondial, avec un score global de 0,502.
  • Algérie
    L’Algérie a obtenu un score global de 0,432 et occupe le 68e rang mondial. Le pays a officiellement reconnu des partenariats pour faciliter le partage des actifs relatifs à la cybersécurité au-delà des frontières, avec d’autres pays. Classé au neuvième rang sur le continent, ce pays est situé au nord de l’Afrique.
  • Botswana
    Pays enclavé situé en Afrique australe, le Botswana occupe le dixième rang sur le continent. Ce pays applique la politique nationale Maitlamo ICT qui prévoit des dispositions pour la cybersécurité. Avec un score global de 0,430, l’Autorité des télécommunications est l’organisme officiellement reconnu responsable de la mise en œuvre d’une stratégie, d’une politique et d’une feuille de route pour la cybersécurité au Botswana.

 

 

Source: www.itnewsafrica.com