Développement 5G, la Chine accélère

Le géant asiatique lance un ambitieux plan de recherche et de développement du réseau 5G, en collaboration avec Ericsson, en essayant d’anticiper et de servir d’éclaireur au reste du monde. Une accélération inattendue qui ne figurait pas dans le récent accord sur le thème signé par la Chine avec l’Union Européenne.

La course à la 5G

La course vers la 5G a officiellement démarré dans le monde entier. La future génération de communications mobiles qui sera capable d’offrir des vitesses d’exécution de 100 à 1000 fois plus rapides par rapport à l’actuelle 4G. Les principales économies internationales travaillent afin d’élaborer des plans de recherche et développement, avec 2020 comme ligne d’horizon. Parmi les pays les plus actifs, il y a la Chine qui veut se tailler une place de leader dans ce processus d’innovation et est en train de chercher à brûler les étapes, forte également d’un marché intérieur énorme et de grands potentiels de croissance.

L’accord Chine – UE

2015 s’est terminée avec un premier pas important : l’accord  signé entre la Chine et l’Union Européenne pour définir ensemble les délais et les modalités de développement de la 5G : promouvoir les projets synergiques de recherche, établir ensemble les critères de base internationaux de service. Ce partenariat constitue une occasion importante pour l’UE, lui donnant ainsi la possibilité d’accéder au potentiel technologique chinois et plus généralement asiatique. Cependant cette alliance est également une victoire économique et politique pour la Chine qui confirme son rôle en tant qu’interlocuteur international privilégié en matière de 5G.

L’entente avec Ericsson

Toutefois, l’axe avec l’Europe ne suffit pas à la Chine ; elle compte également se développer de manière autonome. Le mémorandum signé par la China Mobile Research Institute avec Ericsson, l’une des sociétés du secteur de la téléphonie la plus importante au monde, va dans ce sens. L’objet de cet accord est un programme de recherche et de développement d’une nouvelle interface 5G, destinée à être commercialisée avant 2020. L’accord, comme l’ont souligné les parties concernées, sera encadré dans sa globalité par un plan stratégique appelé “Internet +”  avec lequel la Chine souhaite continuer à augmenter son réseau internet aussi bien de manière qualitative que quantitative.