G-Cloud : le Burkina Faso confie le cloud à Alcatel Lucent

Avec G-Cloud, ambitieux projet pour la numérisation du secteur public, le Burkina Faso  confie au colosse international Alcatel Lucent, le développement du “cloud” dans son pays. Le Gouvernement de Ouagadougou fera ainsi de son pays le premier pays de l’Afrique occidentale à se doter d’un tel système technologique, avec des retombées bénéfiques attendues sur toute l’économie nationale.

Le projet G-Cloud

L’accord signé entre Alcatel-Lucent et le Gouvernement du Burkina Faso prévoit la création d’un réseau cloud en soutien à l’administration publique, capable d’étendre sa présence sur tout le territoire. Plus précisément, le réseau comportera des pivots aussi bien dans la capitale Ouagadougou que dans 5 autres provinces. Au total, plus de 400 établissements seront concernés, répartis sur 13 centres urbains, et seront reliés sur 513 km de câbles à fibre optique. L’entreprise française utilisera pour ce projet ses plateformes IP et Cloudband ainsi que le NFV (Network Functions Virtualisation) ; le tout intégré dans une unique infrastructure. L’objectif étant de permettre de développer toute une série de services publics destinés aux citoyens, en matière d’administration en ligne, de formation en ligne et de cyber santé. La réalisation du G-Cloud sera soutenue également par le gouvernement danois avec un financement global de 45,5 millions d’euros : 15,5 millions versés directement et 30 millions par le biais de l’agence Danida Business Finance.

Numérisation pour le développement

G-Cloud représente pour le Burkina Faso, un véritable pari sur l’avenir. Grâce au réseau élaboré par Alcatel Lucent, ce pays sera le premier dans toute l’Afrique Occidentale à miser de manière aussi nette sur les technologies cloud au service de ses concitoyens. Le Gouvernement s’attend à d’importantes retombées économiques liées à cette initiative qui vise à augmenter la demande et l’utilisation des outils numériques dans certains secteurs publics clefs (éducation, santé, administration), en améliorant la qualité de vie des citoyens, en simplifiant les procédures et en stimulant l’entreprenariat.