submarine optic cables

Internet en Afrique, serà 5 fois plus rapide

Depuis que existe Internet en Afrique son débit a toujours été plus lent que nécessaire, ce qui a posé un certain nombre de limites.

Toutefois, les choses sont en train de changer.

Internet en Afrique, un projet de plus de 6 000 km de fibre

En effet, les travaux portant sur 6 500 km de fibre optique sous-marine sur l’autoroute de la mer appelée, South Atlantic Cable Systems (SACS), vont relier les côtes de l’Amérique du Sud et de l’Afrique, et permettre la distribution du réseau Internet.
Les villes de Fortaleza au Brésil, et de Quissama en Angola représenteront les extrémités du réseau, d’une capacité totale de 40 Tbps. La société angolaise, Angola Cables, a confié le projet à la société NEC, colosse japonais des Techniques de l’Information et de la Communication.
« Une fois que les travaux seront achevés, les centres de données, les points d’échange Internet et les télécommunications seront transformés en Afrique, en réduisant considérablement la fracture numérique, et pour les Angolais, les temps d’accès aux contenus en Amérique seront cinq fois plus rapides », a déclaré Antonio Nunes, administrateur délégué de Angola Cables.

Le coût estimé de cet important travail est de plus de 200 millions de dollars et financé par Angola Cables, appartenant à de grandes sociétés de télécommunications angolaises. Angola Cables est l’un des 12 membres du consortium dirigé par WACS.

 

Source: www.infoafrica.it