La Côte d’Ivoire essaie de combler son fossé numérique

Un programme pour que l’Internet arrive dans chaque maison, un village numérique innovant et le développement du réseau de fibres optiques. Le gouvernement ivoirien mise sur la numérisation pour donner un nouvel élan à l’économie.

Un citoyen, un ordinateur, une connexion

Le Gouvernement de la Côte d’Ivoire a annoncé,  il y a quelques semaines, le lancement d’un projet ambitieux dans l’optique de l’ “Internet pour tous”, confié à la National Agency for the Universal Service of Telecommunications (ANSUT). Il s’agit d’un plan d’investissements qui a pour objectif de fournir, dans les 5 prochaines années, un PC et un accès à Internet à plus de 500 mille familles ; la première étape a été la remise de plus 208 ordinateurs et tablettes à 32 organisations, universités et écoles.

La Côte d’Ivoire s’aligne ainsi sur ce que font déjà d’autres pays africains : se servir de la numérisation et des nouvelles technologies comme un facteur de croissance économique et comme un instrument pour affronter les défis sociaux les plus importants. L’accès au réseau permet en effet d’abattre des barrières et de combler des carences au niveau des infrastructures, en revitalisant l’économie et en donnant de nouvelles perspectives de développement à des familles et à des citoyens.

Daniel_Kablan_Duncan_2014

Daniel Kablan Duncan – Primo Ministro della Costa d’Avorio

Le village de l’informatique et des biotechnologies

Le gouvernement ivoirien est cependant conscient d’avoir un long chemin devant lui : en 2013, le pays s’est classé en effet seulement 120ème (sur 144) au Networked Readiness Index, qui mesure la maturité numérique d’une nation. Il a, pour cette raison, décidé de se battre sur plusieurs fronts, et a également mis en chantier la réalisation du “Village de l’informatique et des biotechnologies”. La structure devrait voir jour dans la ville côtière de Grand Bassam et sera également réalisée grâce à un accord important avec l’Inde qui a mis à disposition, grâce à l’établissement de crédit Eximbank, un financement de 40 millions de dollars. La première phase du projet, qui devrait être prêt au plus tard dans 30 mois, coûtera environ 56 millions de dollars et donnera du travail à plus de 40 mille personnes. La structure sera équipée d’un réseau composé de quatre fibres optiques d’une valeur totale de 120 millions, qui viendra s’ajouter au plan de développement du réseau actuel présent dans le pays, que le gouvernement entend augmenter des 2000 kilomètres actuels à environ 7000.

Daniel Duncan Kablan, premier ministre ivoirien, a souligné comment le nouveau village a pour ambition de représenter un carrefour pour tous les opérateurs du secteur et une rampe de lancement pour le développement numérique dans son ensemble.