La Sicile peut relancer le rôle de l’Italie dans les télécommunications

Méditerranée, pivot principal des télécommunications mondiales

En Sicile plus particulièrement, il existe cinq stations d’atterrissage de câbles sous-marins. Aujourd’hui, atteignant cette région, ce sont 18 câbles sous-marins provenant du Moyen Orient, d’Asie, d’Afrique du Nord et d’Amérique du Nord. La station principale est Mazara del Vallo, où atterrissent 9 câbles, puis viennent Catane (5), Palerme (2), Pozzallo et Trapani (1). Sa situation géographique a toujours permis à la Sicile d’être un trait d’union entre l’Occident et l’Orient, mais ce qui l’a empêché jusqu’à aujourd’hui de s’imposer et de profiter pleinement de son potentiel était surtout la carence en câbles terrestres pour relier les câbles sous-marins avec les plus importantes voies centrales européennes, telles que Francfort, Londres et Paris et surtout l’absence d’un régime de libre concurrence.

Cette situation a nettement favorisé l’émergence d’autres hubs internationaux dans le trafic des données comme Marseille qui, aujourd’hui, représente le point le plus stratégique et le mieux desservi de la Méditerranée. En effet, différents Centres de Données sont nés au sein de cette ville, tous en compétition les uns avec les autres. Les investissements dans les réseaux de raccordement avec les stations des câbles ont été notables et ont impliqué la majeure partie des opérateurs internationaux, tels que la société de télécommunications omanaise, l’opérateur égyptien Telecom Egypt, la société américaine Verizon et la société indienne Tata. Le succès de Marseille est lié à différents facteurs, mais le plus important d’entre eux est que Marseille constitue un véritable système ouvert, un pôle technologique d’excellence où se confrontent toutes les entreprises du secteur des télécommunications sous un régime de concurrence parfaite.

iss037e018864

Il existe également d’autres pays de la rive sud de la Méditerranée qui pourraient représenter une opportunité pour la création de nouveaux pôles technologiques et pour le développement de nouveaux projets infrastructurels en Méditerranée. Par exemple la Lybie, avant que n’éclate le printemps arabe en février 2011, au travers de la société nationale de télécommunications L.P.T.I.C., était sur le point d’élaborer un projet ambitieux pour raccorder l’Afrique subsaharienne à la Méditerranée. Dans cette optique, la nouvelle station d’atterrissage des câbles en Méditerranée avait été réalisée à Darnah, ville aujourd’hui contrôlée par l’État Islamique, la station de Tripoli avait été élargie et celle de Tobrouk était en cours de réalisation. Dans le sud du désert du Sahara, les voies terrestres principales en direction du Niger et du Soudan étaient en cours d’achèvement afin de raccorder aussi bien la Corne de l’Afrique que l’Afrique occidentale. Ce projet pourrait être repris une fois que le pays retrouvera la paix, ce que nous souhaitons le plus rapidement possible.

Les choses pourtant pourraient également changer en Italie

En Sicile, est en train de voir le jour le projet Open Hub Med ayant pour objectif de créer à Carini (province de Palerme), une plateforme technologique neutre et ouverte à tous les opérateurs de Télécommunications du monde, complètement intégrée à tous les principaux câbles sous-marins traversant la Méditerranée ainsi que les câbles terrestres qui, depuis Palerme, parcourent toute l’Italie et rejoignent les principaux pivots de télécommunications européens et mondiaux. L’initiative n’est pas en concurrence avec Marseille, bien au contraire, elle se veut être complémentaire et agir en étroite synergie avec cette dernière dans l’objectif d’offrir aux sociétés de télécommunications des voies diversifiées et des améliorations en termes de qualité et de compétitivité globale. Les années à venir sont décisives dans l’évaluation de l’attractivité d’un tel projet et de la réelle compétitivité du marché italien.

 

Giovanni Ottati

CEO – VueTel Italia