L’Afrique continue d’attirer les investisseurs

Le continent africain continue de représenter un terrain fertile pour les grands de l’économie et de la finance. De plus en plus d’entreprises voient l’Afrique comme un marché à explorer ; de plus en plus d’investisseurs misent sur l’Afrique pour multiplier leurs capitaux.

Les conseils d’EY pour ceux qui investissent en Afrique

La capacité de l’Afrique pour attirer les capitaux internationaux ne diminue pas. Au contraire, les possibilités et les occasions se multiplient. À tel point que Ernst&Young, référence mondiale de la finance, a créé un véritable vademecum consacré à ce thème, avec des données, des statistiques et des analyses.

Un nouvel élan pour les investissements

Consciente de ses propres potentialités, l’Afrique s’interroge aussi sur les possibilités de les maximiser. Le portail IT News Africa a consacré un article sur ce sujet, en s’appuyant sur les analyses et les réflexions en cours d’élaboration de COMESA, organisation économique qui réunit les pays du Sud et de l’Est de l’Afrique.

L’Italie au plus haut niveau

Toujours selon Ernst&Young, comme l’indique l’article d’ Info Africa, le pays qui mise le plus sur l’Afrique est l’Italie. En l’espace d’une année, le volume des investissements directs vers le continent a doublé, et atteignent 7,4 milliards, soit plus de 10 % du total mondial. Ces faits se traduisent par la mise en route de 16 nouveaux projets et la création d’environ 3800 nouveaux postes de travail. La destination des fonds italiens est l’Afrique du Sud, suivie par le Maroc et l’Égypte.

L’Afrique dans le Top 5

Dans le même ordre d’idées, il n’est pas surprenant que, selon une étude de Havas Horizons, les cinq pays les plus attractifs pour les investisseurs soient tous africains : Éthiopie, Nigeria, Maroc, Ghana et Sénégal. La recherche a été réalisée en interviewant 55 grands investisseurs internationaux.

Le paradigme chinois change

Aujourd’hui, comment se comportent les entreprises chinoises qui investissent en Afrique ? Le colosse asiatique investit des capitaux considérables dans différentes parties de l’Afrique. Cependant, ces derniers temps, sa stratégie a changé. Il n’est plus question seulement de quantité, mais aussi et surtout de qualité. Un nouveau paradigme qui produira des effets importants, comme l’explique le site Global Times.