Le marché de l’Internet of Things plus fort que les smartphones

Revue de presse thématique consacrée au duel à distance entre dispositifs IoT et smartphones. Le marché de l’Internet of Things continue d’augmenter et prévoit dépasser celui des smartphones avant 2018. Une tendance de développement qui cependant est en train de subir des ralentissements inattendus justement à cause de la rivalité avec les dispositifs mobiles.

En 2018 plus de IoT que de smartphones

Le délai est tracé : 2018. Ce sera l’année où les dispositifs IoT dépasseront les smartphones, du moins selon les prévisions d’Ericsson, reprises aussi par le site Business2Community. Grâce à une croissance moyenne annuelle de 23%, dans un peu plus d’un an les dispositifs liés à l’IoT seront plus vendus (en termes de volumes de vente) que les téléphones de dernière génération.

Objectif manqué

Toutefois, l’avenir de l’Internet of Things n’est pas tout à fait rose. Le rythme de croissance est élevé, les potentialités énormes, mais moins que ce que l’on pensait auparavantLa promesse des 50 milliards de dispositifs connectés avant 2020 est un rêve désormais irréalisable. Si tout va bien on arrivera à 30 milliards. Une stagnation qui a obligé les préposés du secteur à revoir leurs estimations et leurs hypothèses de développement du marché, comme l’explique un article de Corriere Communicazione.

C’est à cause des smartphones

A quoi est dû ce ralentissement ? Aux smartphones. Bien qu’ils soient destinés à être dépassés en termes de ventes, les dispositifs mobiles ne veulent pas céder leur trône. Fortune explique que ce qui les rend encore compétitifs, c’est leur capacité de s’adapter à effectuer des services et des fonctions semblables à celles des dispositifs IoT, avec l’avantage que la clientèle les connaît déjà.

Une synergie possible

En réalité, outre à l’antagonisme “de marché”, entre le monde des dispositifs IoT et les smartphones il y a de nombreux points communs. On peut même parler de véritables possibilités d’intégration, comme explique un article de La Stampa, et tous les deux pourraient en tirer profit. L’avenir pourrait nous offrir des téléphones portables capables d’apprendre.