Le Nigeria et le Ghana collaborent au développement des TIC

Le Nigeria et le Ghana font partie des pays africains qui montrent le plus de volonté d’investir dans le développement des technologies liées au réseau Internet. Ce n’est pas un hasard si ces deux nations sont les protagonistes du premier exemple africain d’un accord de collaboration mutuelle entre états souverains pour le développement des TIC.

Un nouveau modèle de développement

L’accord par lequel le Ghana et le Nigeria ont décidé d’unir leurs forces pour développer leurs secteurs TIC a été accueilli très favorablement par les experts et les techniciens qui se consacrent aux travaux. En effet, il constitue un premier exemple vertueux de collaboration transnationale dans un secteur stratégique pour le développement de l’Afrique, à savoir, les Technologies de l’Information et de la Communication.

Le partenariat signé à Accra par la National Information Technology Development Agency nigériane et la National Information Technology Agency ghanéenne mise sur l’instauration d’une synergie entre les deux pays, basée sur le partage des compétences et des investissements communs. Les différents domaines d’intervention : la cybersécurité, la mise en place des TIC, l’incitation aux Start-ups, aux Smart Cities.

Nigeria et Ghana, une histoire à succès

Aujourd’hui déjà le Nigeria et le Ghana sont deux pays africains avancés en matière d’accès au réseau et de diffusion d’instruments mobiles. En particulier, le Nigeria enregistre plus de 90 millions d’habitants connectés à Internet grâce aux Smartphones, avec une augmentation annuelle de 13 %. Et dans un futur proche, la croissance devrait atteindre 30 % du taux de pénétration de la bande large. Moins impressionnants, mais néanmoins importants les chiffres du Ghana, qui, ces derniers mois, a été porteur de nombreux projets de numérisation surtout sous le profil du développement de la fibre optique.

La satisfaction des autorités

« Il est important que des états voisins élaborent des objectifs et des stratégies en commun », a affirmé Vincent Olatunji, Directeur général de NITDA, en commentant de manière positive cet accord. « Nous considérons que ce partenariat est essentiel à notre croissance économique », a souligné Georges Atta Boateng, PDG de NITDA.