Le projet de Liquid Telecom pour la connectivité du Kenya

Nairobi, capitale du Kenya, est au centre du plan de développement mis en place par Liquid Telecom, très active en Afrique, du fait qu’elle veut continuer à multiplier les connexions à haut débit dans ce pays. L’investissement prévu s’élève à plus de un million de dollars.

Les potentialités du Kenya

« Nous voulons continuer à participer au développement économique du Kenya en lui garantissant des connexions plus rapides et efficaces ». Avec cette déclaration, Ben Roberts, PDG de Liquid Telecom Kenya, définit l’objectif de l’investissement que l’entreprise s’apprête à faire pour développer le réseau kenyan. Aujourd’hui déjà, le Kenya est un leader parmi les pays africains en termes de connexions Internet et mobile. Fin 2015, le nombre d’utilisateurs qui naviguent sur le Web a approché les 30 millions et les abonnements de téléphonie mobile aux connexions de données ont été légèrement inférieures à 20 millions, avec un bond de plus de 5 millions en l’espace d’un seul trimestre. Une véritable locomotive guidée par le désir des entreprises, notamment les PME, qui ont soif de haut débit. Et c’est bien à leurs exigences que Liquid Telecom veut répondre.

L’engagement de Liquid Telecom

En 2016, l’entreprise prévoit un investissement d’une valeur approchant 1 million de dollars dans le cadre de deux lignes directrices : achever le réseau métropolitain de Nairobi et développer le réseau Wifi dans le pays. À ce jour, Liquid Telecom a construit un réseau entièrement indépendant qui garantit des prestations élevées à tous les opérateurs du secteur. La compagnie a amené la connexion à haut débit dans 39 provinces sur 47 du pays, et mis en fonction environ 200 points Wifi dans quelques villes stratégiques. Et maintenant, avec ce nouveau plan de développement, elle entend intervenir sur le réseau de la capitale, en augmentant jusqu’à 10 fois sa rapidité ainsi que sur la capillarité du Wifi, en installant des centaines de nouveaux points Wifi dans tout le pays.