Mobile Connectivity Index, le rapport de GSMA

Le Mobile Connectivity Index de GSMA photographie la situation des opérateurs de réseau mobile dans le monde, grâce à une analyse approfondie. L’Afrique se confirme être le continent qui rencontre le plus de difficultés à atteindre de bons niveaux de connexions, malgré les nombreux progrès qu’elle a faits. 

Le mobile comme moteur de développement

Le Mobile Connectivity index, édité par GSMA, est un rapport qui mesure le niveau de développement des connexions mobiles dans 134 pays. Un classement établi en prenant en considération une multiplicité de facteurs, en mesure d’exercer une grande influence sur la connectivité d’une nation.  Le rapport se base sur la conviction qu’Internet est un puissant instrument de lutte contre les inégalités sociales et économiques et que, parallèlement, les dispositifs mobiles sont désormais la principale source d’accès au réseau. Par conséquent, un développement du mobile plus important signifie donc une amélioration des conditions de vie des habitants. Un parcours encore long si l’on considère qu’à ce jour il y a encore       4 milliards de personnes qui ne sont pas connectées.

Comment fonctionne le Mobile Connectivity Index

Le travail d’analyse à la base du Mobile Connectivity Index part de l’identification de            4 éléments clés qui exercent une grande influence sur le développement mobile : infrastructures, coûts des connexions et des services en ligne, niveau de numérisation des habitants et disponibilité de contenus intéressants sur le web. A l’intérieur de ces macro zones, on focalise ensuite 13 éléments à approfondir (avec des “poids” de pondération différents) et 138 indicateurs capables de les rendre mesurables. On obtient ainsi une note globale finale qui détermine la position dans le classement.

Les difficultés de l’Afrique

La nation la plus “mobile” de 2016 s’avère être l’Australie (84,7), considérable surtout en ce qui concerne la numérisation des habitants.   Sur le podium, on trouve ensuite la Hollande (84,4) et le Danemark (83,9). Dans l’ensemble, l’Afrique est le continent qui a davantage de difficultés. Actuellement seulement 24% de la population africaine est connectée, 20% reçoit le réseau 3g mais n’a pas accès à Internet et 57% n’a même aucune couverture. Ce n’est donc pas un hasard que parmi les 25 pays du classement il y a surtout des pays de l’Afrique subsaharienne et que le dernier du classement est le Niger (15,1).