Posts

Faster Cable System, 9 mille kilomètres de fibre des États-Unis au Japon

Faster Cable System est la nouvelle infrastructure sous-marine qui relie les États-Unis et le Japon avec 3 stations d’atterrissage des câbles. Dans le cadre de l’évolution du projet, on prévoit également une extension à certaines plateformes le long des côtes des deux pays. Réalisée en fibre optique, l’ouvrage a coûté environ 300 millions de dollars et a été promu par un consortium dont fait aussi partie le géant Google.

Des États-Unis au Japon, en passant sous le Pacifique 

Neuf mille kilomètres de fibre : un réseau record. C’est ainsi que Faster Cable System relie le Japon à la côte nord occidentale des États-Unis, en passant sous l’Océan Pacifique, ce qui répond à la nécessité d’engager de hautes prestations et à la couverture de grandes distances. Grâce à cette infrastructure réalisée en fibre optique, il sera possible de transmettre les données d’une côte à l’autre en disposant de 60 térabits à la seconde. Il s’agit du premier et unique système transpacifique capable d’offrir une largeur de bande de cette portée.

300 millions de dollars pour 2 ans de travail

L’ouvrage d’un montant de 300 millions de dollars environ, a été présenté en août 2014 et concrètement réalisé en 2 ans de travail. Faster Cable System est né du projet d’un consortium composé du géant Google, et de certains des plus grands opérateurs internationaux de Télécom et de réseau, comme China Mobile International, China Telecom Global, Global Transit, KDDI et SingTel (tel qu’il en est fait mention sur le site  Submarine Networks).

Stations d’atterrissage et prochaines perspectives du projet

Les stations d’atterrissage sont au nombre de 3, c’est-à-dire les plus utilisées pour l’ancrage des câbles : une en Oregon pour la côte américaine, et deux dans les préfectures japonaises de Chiba et de Mie. Comme l’explique également  le site ctbusiness.it, le système dans son ensemble sera étendu à certaines plateformes le long de la Côte Ouest des États-Unis en ciblant directement, par exemple, la région de Los Angeles, de la Baie de San Francisco, de Portland et de Seattle, et certaines villes du Japon.

FLAG, Du Japon au Royaume –Uni en passant par l’Italie

Le FLAG, acronyme de Fiber-Optic Link Around the Globe, est l’un des câbles sous-marins les plus importants au niveau international. Avec ses 28.000 km de long, il voyage du Japon jusqu’au Royaume-Uni, en traversant l’Asie, l’Afrique et la Méditerranée touchant 14 pays.

FLAG : 28 000 km qui rapprochent l’Asie et l’Europe

Ce qui donne la mesure de l’importance et de la grandeur du FLAG ce sont ses chiffres. Le câble s’étend le long d’un trajet  de 28 000 km, dont 27 000 sous-marins et environ mille terrestres (en Egypte et en Thaïlande). Au cours de son voyage il traverse l’Océan Indien, le Canal de Suez, la Mer Méditerranée et l’Océan Atlantique ; il longe tout le sud-est asiatique, la côte nord-orientale de l’Afrique et la côte nord-occidentale de l’Europe. Au cours de sa longue traversée, avec ses 17 stations d’atterrissageil touche 14 pays sur trois continents différents. Il est capable de transporter, d’un bout à l’autre du globe, plus de 120 000 canaux voix avec une vitesse de 10 Gbit/s. Réalisé par Global Cloud Xchange et entré en fonction en 1997, il constitue encore aujourd’hui un pivot stratégique dans le réseau international.

La position centrale de la Méditerranée

Le passage du FLAG à travers la Méditerranée est l’un des éléments qui fait de cette zone, le centre des télécommunications du monde entier. Une fois le Canal de Suez franchi, le câble fait route vers l’Italie, avec une halte à Palerme (Carini), puis vers l’Espagne, pour aboutir à  Estepona. Deux stations d’atterrissage seulement mais qui lui permettent de traverser à l’horizontale tout le bassin. De plus, il croise à Palerme, l’un des principaux hubs italiens, un autre câble important : le SeaMeWe4 qui relie Marseille à Singapour. La Méditerranée donc, se confirme comme étant le pivot crucial des routes nord-sud et est-ouest. Pour cette raison, de nombreuses sociétés internationales surveillent cette zone avec attention et sont en train d’investir afin d’y placer leurs structures en avant-postes.

La liste des 5 premiers pays les plus vitaux dans le développement de la large bande

États-Unis, Corée du Sud, Japon, Royaume-Uni et France. Selon une recherche conduite par The Media Institute, ce sont les 5 pays les plus vitaux et énergétiques en ce qui concerne le  développement de la large bande. L’étude apparaît comme la première expérience d’analyse quantitative et qualitative sur l’écosystème global de la large bande et prend en considération quatre différents facteurs: applications, device, réseaux et facteurs macroéconomiques. Dans la marge du rapport, The Media Institute souligne que ce sont les investissements et l’innovation qui peuvent permettre une augmentation de la net-vitality, plutôt que un “interventionnisme” excessif de la part des pouvoirs publics et des autorités de réglementation.

infografica-top5paesi-23-7-2015_def2_FR

Share this Image On Your Site