Smart Africa: la voie de l’Afrique pour le numérique

Cinq principes et huit objectifs délimitent les futures actions de Smart Africa, grâce auxquelles certains pays africains voudraient construire sur le continent une région à fort taux de numérisation, avec l’aide de l’ITU et de l’Union africaine.

L’Afrique innove en Afrique

Débloquer et renforcer le secteur africain des TIC considéré comme le moteur essentiel du développement socioéconomique. C’est dans cette optique que Smart Africa a été pensée et créée en octobre 2013, l’union de 3 pays africains et d’institutions internationales (l’ITU et l’Union africaine) dans le domaine de la numérisation et des nouvelles technologies. Le Programme publicitaire de Smart Africa a vu le jour officiellement en octobre 2013 durant la conférence « Transform Africa », et peu de mois après, en janvier 2014 il a été approuvé par tous les chefs d’état et de gouvernements de l’Union africaine, en réunion à Addis Abeba. Conçue pour être limitée à quelques pays, Smart Africa, est devenue rapidement un des principaux instruments d’initiation à la coordination des politiques en matière de TIC, entre les pays d’Afrique. Aujourd’hui, l’organisation est dirigée par un comité composé de dix membres ayant pour mission de faire respecter le Programme aux signataires : huit chefs d’État (Rwanda, Ouganda, Burkina Faso, Gabon, Soudan du Sud, Sénégal, Kenya et Mali) aux côtés du Secrétaire général de l’ITU, Houlin Zhao et du Commissaire chargé des Infrastructures et de l’Énergie de l’Union africaine, Elham Mahmoud Ahmed Ibrahim.

SmartAfrica1

Smart Africa: principes, objectifs

La fonction principale du Programme Smart Africa est de dicter aux gouvernements nationaux des lignes directrices qui homogénéisent le niveau de développement du secteur des TIC. Sa structure fondamentale est composée de cinq piliers qui en constituent les objectifs : politique, accessibilité, e-gouvernement, entrepreneuriat, développement durable. Ces éléments sont le fil rouge à suivre, dans toutes les politiques adoptées en matière d’innovation et de développement numérique. Le Programme garantit aussi huit domaines d’intervention qui coïncident avec les diverses initiatives promues correspondantes : l’école, le travail et l’entrepreneuriat des jeunes, le développement de l’industrie des TIC et de l’informatique en nuage, les campagnes et les villes SMART, l’économie numérique, l’économie durable, l’alphabétisation numérique et l’analyse des données