smartphone

Smartphone: la Chine en tête, l’Afrique en deuxième place

AFRIQUE – La téléphonie mobile représente aujourd’hui le point de départ permettant un accès facile à internet. Le concept ne change pas pour les pays en voie de développement : l’Afrique en premier lieu.
La Gsma, l’association qui représente les intérêts des opérateurs de téléphonie mobile au niveau mondial, l’a souligné dans son dernier rapport.

En Afrique, où 43% de la population vit avec moins d’1,90 dollars par jour, la baisse du prix moyen d’un smartphone tient un rôle important dans l’accès aux services associés. De plus, une impulsion supplémentaire s’est produite grâce à la diffusion sur le marché d’appareils coûtant moins de 20 dollars.

Selon les données fournies par la Gsma, l’Afrique est, après l’Asie, la deuxième région possédant le plus fort taux de croissance. Mais c’est également le continent ayant le plus faible taux de pénétration de téléphonie mobile.
Avant 2020, les utilisateurs uniques en Afrique représenteront 51% d’une population qui est en train d’augmenter plus que partout au monde.

Cependant, pour des motifs structurels, le taux d’utilisateurs 4G semble plus lent. En effet, ils représenteront en 2020 7% des connexions de la région subsaharienne (ce taux est à 14% en Afrique du Nord, car consideré comme faisant partie du Moyen Orient).

La plus importante diffusion de smartphone se traduira en une plus grande diffusion des services financiers. Selon Gsma, les transferts d’argent transfrontaliers deviendront beaucoup plus courants en Afrique Orientale et Occidentale et d’ores et déjà de nombreux opérateurs sont en train de s’organiser pour offrir des réponses à une clientèle toujours plus exigeante.